Jura sauvage photographies

Fabien Gréban - photographe animalier


Accueil - Blog - Mammifères - Oiseaux - Macro - Paysages - Reportages - Actualité - Stage - Service - Contact

La haute vallée de la Loue

La Loue, rivière emblématique du massif du Jura prend sa souce dans les spectaculaires gorges de nouailles entre les villages d'Ouhans et de Mouthier-haute-pierre dans le département du Doubs. La haute vallée de la Loue entaille les plateaux calcaires du massif jurassien. Dans sa partie supérieure, la Loue est encaissée dans des falaises de plusieurs centaines de mètres de hauteurs et forme une reculée. La loue entaille ensuite les monts du faisceau salinois, formant ainsi une autre entité géologique remarquable, la cluse. A partir du village de Mouthier-haute-pierre, la vallée s'élargit progressivement, mais les paysages restent magnifiques. source de la Loue gorges de nouailles
La loue serpente dans un paysage grandiose, fait de falaises, forêts et cascades. Les points de vue ne manquent pas, comme les belvédères du moine et de Renédale, qui permettent de découvrir des prairies isolées et secrètes ... le rocher de la baume
Le sous-sol calcaire du massif jurassien favorise un développement intense de grottes, gouffres et lapiaz. Ces phénomènes spectaculaires sont parfois bien cachés au coeur des forêts, mais leur découverte ne laisse jamais indifférent. gouffre jurassien
Le chamois apprécie ce relief. Les falaises lui offrent un refuge pour échapper à son principal prédateur, le lynx. Tandis que les prairies et les forêts comblent ses besoins alimentaires. chamois de la vallée de la Loue
La loue se part de teintes très différentes selon les saisons. De nombreux sentiers de randonnée permettent de découvrir la région. Je vous conseille notamment le sentier qui relie la source et le village de Mouthier-haute-pierre, en longeant la Loue. Vous pourrez ensuite monter au belvédère du moine avant de suivre la crête via Renédale et ainsi retourner au parking de la source. Pour plus de renseignements, contacter l'office de tourisme d'Ornans. la Loue en automne la Loue en Hiver la Loue en été
Toutes les saisons sont belles pour découvrir la vallée de la Loue, mais j'avoue avoir une préférence pour l'automne, quand la couleur ocre des hêtres se mêle au vert foncé des résineux. la forêt en automne
De nombreux ruisseaux alimentent la Loue. Ils ont eux-même entaillées les plateaux formant des ravins (ravin d'Athose) et des reculées se terminant par des cascades de tuffes (ruisseaux de Vergetolle et de Raffenot). Ces cascades prennent une dimension magistrales en hiver, en formant de véritables cathédrales de glace.

cascade de glace

La richesse de la vallée de la Loue vient de la diversité des milieux et des espèces que l'on peut y rencontrer. Par exemple, les nombreuses falaises calcaires sont le milieu de prédilection du faucon pélerin, du hibou grand-duc et du tichodrome échelette. Le tichodorme est surnommé l'oiseau papillon, pour les couleurs vives de ses ailes (visibles uniquement quand il vole) et pour ses battements d'ailes saccadés. Son long bec lui permet de chasser les insectes cachés dans les infractuosités des falaises jurassiennes. tichodrome échelette La forêt est aujourd'hui omni-présente dans la vallée de la Loue. Les gorges sont principalement recouverte d'érables et de hêtres, respectivement sur les versants froids et chauds de la vallée. Les sommets du faisceau salinois qui surplombent la vallée sont dominés par la hêtraie sapinière. En direction d'Ornans, le chêne est de plus en plus présent. De nombreuses espèces animales peuplent ces forêts. Parmi les plus emblématiques, on peut citer les pics noirs, la gélinotte, la chevêchette d'europe ou encore le lynx boréal.

pic noir

La chevêchette est la plus petite chouette d'europe, elle n'est pas plus grande qu'une grive ! Autrefois présente uniquement sur la haute-chaîne, on peut maintenant entendre son chant résonner beaucoup plus bas en altitude jusque dans la haute vallée de la Loue. La chouette chevêchette est très bien adapté aux forêts de montagne, en effet, contrairement aux autres chouettes, elle ne souffre pas de l'enneigement qui rend difficile la chasse aux rongeurs car elle est aussi un redoutable chasseur de passereaux. chouette chevechette d'europe
Les prairies sur les plateaux qui bordent la vallée de la Loue sont consacrées à l'élevage de vache montbéliarde pour la production de lait destinée à la fabrication du Comté. L'alternance de prairies bordées de haies et de forêts font des plateaux le milieu de prédilection du renard et de l'hermine. Ces deux prédateurs régulent les fluctuations des populations de campagnols terrestres, aux pullulations dévastatrices pour le monde agricole.

hermine

renard La Loue est quant à elle le royaume de l'ombre commun et de la truite fario, tandis que sur les rives, on rencontrera le martin pêcheur et le cincle plongeur. Longtemps considérée comme l'une des plus belles rivières d'europe pour la pêche à la truite, la Loue a beaucoup souvert du développement agricole et urbain de son bassin versant. La perméabilité du sous-sol calcaire du massif jurassien ne permettant pas une filtration nécessaire à la bonne qualité des eaux. De nombreuses actions visant à améliorer la qualité des eaux ont déjà été entreprises, mais il faut bien entendu poursuivre les efforts pour sauvegarder ce patrimoine naturel. Pour suivre l'actualité de la Loue, je vous conseille l'excellent blog d'Isabelle Brunnarius. cincle plongeur en contre jour
Sur les crêtes qui surplombent la vallée de la Loue, des pelouses sèches ajoutent encore à la diversité des milieux et des espèces de la vallée. Au mois de mars, l'anémone pulsatille y célèbre la fin de l'hiver en formant un tapis coloré qui scintille dans la lumière du matin. anémone pulsatille
Une vallée affluente de la Haute Loue accueille une autre fleur remarquable, il s'agit du rare et magnifique oeillet superbe. Cette fleur est également surnommé l'oeillet d'automne en raison de la floraison tardive (mois d'aout).

oeillet superbe

Progressivement, le castor regagne en europe ses anciens territoires perdus, grâce à son statut d'animal protégé. C'est le cas dans le massif du Jura: de nombreux indices de présence ne trompent pas. Le castor est maintenant présent en basse vallée de la Loue. Empreintes sur les berges, branches de saule et de peuplier sectionnées sont à nouveau observables. Années après années, le castor remontent vers l'amont. Jusqu'où pourra t'il remonter ? Sera t'il présent un jour dans la haute vallée de la Loue ?

branche rongée par un castor

© Fabien Gréban - photographe animalier - Jura sauvage photographies
Les images de ce site ne sont pas libres de droit, pour toute utilisation contactez-moi.